elle ne fait pas dans la dentelle

elle ne fait pas dans la dentelle

Mon père vient de Rome, il est maçon. Ma mère est une provinciale Française, couturière. Ils se rencontrent à Paris, ont trois enfants.
Je suis la seconde. L’aîné est un garçon, celui sur qui mon père mise tout.

Derrière la maison qu’il a construite, mon père a bâti un atelier, il y range tous ses outils et matériaux, je bricole et expérimente souvent dans son bazar.
Ma mère remplit tous les espaces de la maison avec ses tissus, ses cartons, ses papiers et tout ce qu’elle récolte et n’arrive pas à jeter. Après avoir cousu de nombreuses robes de mariée lorsqu’elle est montée à la capitale, elle enseigne « La Couture » puis les « Travaux Manuels », puis l’ « Education Manuelle et Technique ». Je l’aide à préparer ses cours.
Papa ne me prend pas au sérieux quand je veux frapper des clous avec un marteau sur une planche, comme mon frère, j'ai six ans, ou peut-être sept, il me donne le marteau, mais pas les clous.
Quelques temps plus tard, il entend frapper, régulièrement…
Inquiet, il monte les deux étages et découvre sa fille assise sur les toilettes ayant fait 34 trous sur la belle laque du mur qu'il venait de brillamment réussir.
J’avais frappé, inconsciente de ce qui se jouait, j'étais dans un état second…

Après toutes ces années où j’ai tenté d’avoir une place « égale » en famille, fait disparaître mon prénom de mes toiles peintes, tenté d'effacer toutes traces sexuées en essayant d'ignorer la misogynie ambiante, pensant qu’en oubliant les différences, elles s’annihileraient d'elles-mêmes, j’ai dû finalement constater, qu’il n'en était toujours rien.
M’est venue alors le besoin d'affirmer ce qu’est d’être femme….

Mon moteur : la colère, ces créations sont mes hurlements.

Le Deux vainqueur
Le Deux vainqueur
Je suis vierge, pure et bien élevée
Je suis vierge, pure et bien élevée
Relique ombilic
Relique ombilic
Mona Lisa
Mona Lisa
Prise dans le filet
Prise dans le filet
Cendrillon
Cendrillon
Education intégriste
Education intégriste
Burka
Burka
Excision-Infibulation
Excision-Infibulation
Femminuccia
Femminuccia
Poule de luxe
Poule de luxe
Virgin Trip
Virgin Trip
La toison d'Or
La toison d'Or
Bonne fête maman
Bonne fête maman
La tournante
La tournante
A la vie, à la mort
A la vie, à la mort
Avortement
Avortement
Appel de liberté
Appel de liberté
Blues de bouse
Blues de bouse
Grimpette
Grimpette
Inside
Inside
Le baiser de l'artiste-ADN
Le baiser de l'artiste-ADN
Concentré de petite fille
Concentré de petite fille
Poulette
Poulette
Chasteté
Chasteté
L'inconnue
L'inconnue
Survie
Survie
Freudienne
Freudienne
Portrait de ma grand-mère
Portrait de ma grand-mère
La louve
La louve
Armée désarmée
Armée désarmée
O positif
O positif
Fruit défendu
Fruit défendu
Trophée de chasse
Trophée de chasse
Petit trophée de chasse
Petit trophée de chasse
Evacuation (grande)
Evacuation (grande)
Valeur sûre
Valeur sûre
Rareté
Rareté
La piste aux étoiles
La piste aux étoiles
Excision
Excision

Mon père vient de Rome, il est maçon. Ma mère est une provinciale Française, couturière. Ils se rencontrent à Paris, ont trois enfants.
Je suis la seconde. L’aîné est un garçon, celui sur qui mon père mise tout.

Derrière la maison bâtie par mon père, son atelier. Il y range tous ses outils et matériaux. Je bricole et expérimente souvent dans son bazar.
Ma mère remplit tous les espaces de la maison avec ses tissus, ses cartons, ses papiers et tout ce qu’elle récolte et n’arrive pas à jeter. Après avoir cousu de nombreuses robes de mariée lorsqu’elle est montée à la capitale, elle enseigne « La Couture » puis les « Travaux Manuels », puis l’ « Education Manuelle et Technique ». Je l’aide à préparer ses cours.
Papa ne me prend pas au sérieux quand je veux frapper des clous avec un marteau sur une planche, comme mon frère, j’ai six ans, ou peut-être sept, il me donne le marteau, mais pas les clous.
Quelques temps plus tard, il entend frapper, régulièrement…
Inquiet, il monte les deux étages et découvre sa fille assise sur les toilettes ayant fait 34 trous sur la belle laque du mur qu’il venait de brillamment réussir et dont il était si fier.
J’avais frappé, inconsciente de ce qui se jouait, j’étais dans un état second…

Après toutes ces années où j’ai tenté d’avoir une place « égale » en famille, fait disparaître mon prénom de mes toiles peintes, tenté d’effacer toutes traces sexuées en essayant d’ignorer la misogynie ambiante, pensant qu’en oubliant les différences, elles s’annihileraient d’elles-mêmes, j’ai dû finalement constater, qu’il n’en était toujours rien.
M’est venue alors le besoin d’affirmer ce qu’est d’être femme….

Mon moteur : la colère, ces créations sont mes hurlements.